v.2778 à 2260 av. J.-C : Ancien Empire en Égypte

DE LA IIIe À LA VIe DYNASTIE :
L’Ancien Empire représente la première période brillante, créatrice et harmonieuse de l’Égypte antique. Elle dure près de 500 ans.


Fête égyptienne Ancien Empire

La vie en Égypte antique :
La plupart des maisons n’ont qu’une ou deux pièces, mais les riches habitent de grandes villas luxueuses. Ils donnent souvent de grandes réceptions, avec boissons et nourriture à profusion, musiciens, chanteurs, danseurs et acrobates. Les serviteurs fixent sur la tête des invités des cônes de graisse parfumée.

Les Égyptiens chassent, pêchent, pratiquent la lutte, l’escrime, etc. En ce qui concerne l’agriculture, le blé et l’orge, dont les Égyptiens font le pain et la bière, constituent les principales cultures. Mais ils cultivent aussi du raisin et des grenades qui leurs servent à faire du vin. Ils élèvent des animaux, mais comme les prairies se font rares en Égypte, ceux-ci restent généralement à l’étable. Beaucoup de gens travaillent dans le temple de la ville où ils habitent : artisans, sculpteurs, charpentiers, potiers, tisserands, scribes, etc. Dans le temple, il y a également une école et quelques garçons issus de familles riches viennent y apprendre à lire et écrire. Des garçons plus âgés peuvent y étudier l’histoire, la géographie, la religion, les langues, les mathématiques et la médecine. Les filles ne vont pas à l’école, mais apprennent à la maison avec leur mère. Les paysans sont obligés de travailler sur les champs des pharaons pendant les inondations du Nil, et ils ne sont payés qu’en pain et en bière.


Scribe Ancien Empire

Montée en puissance de l’administration centralisée :
Pour assurer l’unité du peuple, la stabilité du pays et le respect des croyances religieuses, les pharaons mettent en place un système d’administration centralisé appelé état et qui est composé :
– Du pharaon lui même : Il se proclame premier serviteur et vicaire des dieux eux-même, prêtre suprême, administrateur principal et chef des armées.
– Du vizir : Il est nominé par le pharaon et joue un rôle de juge suprême, de chef de l’administration, de responsable de l’économie du pays, essentiellement agricole et artisanale.
– De nombreux “chefs” : Chef du Double-Grenier, chef des champs, etc.
– De fonctionnaires subalternes (appelés nomarques) et scribes : Ils collectent les impôts, maintiennent la paix et l’ordre et notent tout. Le pharaon leur prête des propriétés, des terres (qu’ils font exploiter par des paysans) et des temples en guise de paiement pour leurs services. Ceci lui permet également de s’assurer que ses disciples disposent de suffisamment de ressources pour honorer son culte après sa mort.


Développement social et culturel :
Avec la mise en place de l’administration centralisée, l’économie est productive et stable. Les récoltes sont souvent excédentaires et elles permettent de :
– Financer les exploitations et extractions minières (Les terres d’Égypte renferment de nombreuses mines d’or).
– Construire de nombreux lieux collectifs.
– Améliorer les techniques d’agriculture.
– Financer des œuvres d’art exceptionnelles.
– Construire des monuments colossaux.
– Améliorer les relations commerciales.
– Améliorer l’armée.
– Avoir une meilleure domination sur le pays.


Les Égyptiens maîtrisent également :
– L’arpentage : Technique géométrique permettant de mesurer la superficie des terres appartenant à un homme. Les impôts sont prélevés en fonction de cette superficie.
– Les mathématiques.
– La médecine.
– La fabrication de navires. Les premiers navires connus sont Égyptiens. Ils constituent le meilleur moyen de voyager dans le pays car les routes sont peu nombreuses.
– La faïence.
– La littérature.
– L’art.


Geb et Nout sur Papyrus Ancien Empire

Temples et religion :
Les Égyptiens construisent des temples en pierre gigantesques sur les rives du Nil dans lesquels, croient-ils, vivent les dieux et les déesses qu’ils vénèrent. Chaque région a sa propre divinité protectrice et chaque temple abrite la statue du dieu qui l’habite. Tous les matins, les prêtres éveillent le dieu, lavent la statue, l’habillent, lui offrent de la nourriture et le prient. Les gens du peuple ne pénètrent jamais dans le temple. Le seul jour ou ils voient la statue du dieu est quand celle-ci est promenée à travers la ville pour la fête organisée en sa faveur.


Momie égyptienne Ancien Empire

Momification et rituels funéraires :
Les Égyptiens pensent que les morts continuent de vivre dans l’au-delà. Pour eux, la vie après la mort est bien plus importante que la vie terrestre. Ils pensent que le corps de la personne humaine comprend plusieurs principes spirituels qui sont libérés après la mort et restent liés au cadavre. Il y a l’Akh, qui est un principe de l’immortalité et que seul les rois et dieux possèdent. Il y a le ba qui est indépendant du corps et qui reprend sa liberté après la mort. Enfin, le ka est l’énergie vitale qui, pour se perpétuer, a besoin d’un support : momie, statue, image. Ainsi, une représentation de la personne humaine dans sa vie quotidienne, permet à son ka de vivre de cette manière. Au Moyen Empire, le cœur sera ajouté à ces principes spirituels. Pour éviter que les corps ne se décomposent, ils sont embaumés : Le cerveau est retiré à l’aide de crochets passés dans les narines du mort, le côté gauche du corps est incisé à l’aide d’un couteau de silex et les viscères sont retirées. Comme le cerveau, elles sont conservées dans des vases funéraires appelés canopes. Puis, l’intérieur du corps est bourré de toile de lin, de natron, de sciure et d’épices parfumées, il est recousu, recouvert d’aromates et plongé dans un bain de natron (sel) destiné à le dessécher pendant 70 jours. Puis il est enveloppé de plusieurs couches de longues et fines bandelettes de toile trempées dans une résine odorante. Des textes, des bijoux et des amulettes sont disposés entre les linges. Les prêtres touchent les oreilles, le nez et la bouche du pharaon avec des instruments magiques qui lui garantissent l’usage de ses sens dans l’au-delà, puis un masque est placé sur le visage de la momie. Pendant l’Ancien Empire, seuls les pharaons avaient droit à de tels rituels.

Livre des Morts :
Il s’agit de rouleaux de papyrus, recouverts de formules funéraires, placés à proximité de la momie ou contre celle-ci dans les bandelettes. Les différents exemplaires du Livre des Morts ne sont pas tous identiques et le bénéficiaire peut choisir les formules qui lui conviennent en fonction de ce qu’il peut s’offrir. En effet, les textes reproduits dans les manuscrits représentent un investissement financier, matériel, spirituel et moral important. Certains manuscrits peuvent donc être courts, tandis que d’autres reproduisent l’ensemble, ou presque, du texte.

Sarcophage, Égypte antique

Sarcophages :
Les momies sont disposées dans des sarcophages. Les premiers sarcophages étaient de simples boîtes en bois. Plus tard, durant le Nouvel Empire, les momies seront placées dans deux ou trois cercueils de forme humaine, s’emboitant les uns dans les autres, et souvent peint de couleurs vives. (Sur la photo : : Les yeux oudjat dessinés dans un rectangle, permettent au défunt de regarder vers l’extérieur. Des objets de la vie courante sont positionnés sur le couvercle du sarcophage pour accompagner le défunt dans l’au-delà. Ici nous trouvons un chevet en bois, un collier, un miroir en cuivre, des vases à cosmétiques, un paire de sandales.)

Les tombeaux :
Les sarcophages des riches Égyptiens sont placés dans des tombeaux remplis d’objets précieux. Durant l’Ancien et le Moyen Empire, les Égyptiens édifient pour les pharaons, d’énormes tombaux nommés pyramides. Elles sont le symbole de la civilisation égyptienne antique et elles représentent le pouvoir que détiennent les pharaons. On en compte plus de trente en Égypte. Faire construire sa “demeure d’éternité” semble avoir été une obsession des souverains de ce temps.

Textes sacrés :
Pendant les funérailles, les prêtres récitent de longs textes religieux pour permettre au pharaon de monter au ciel et d’être assimilé aux dieux avec qui il vivra pour l’éternité. Ainsi purifié, il pourra jouir des offrandes des dieux et sera protégé des dangers du monde des morts, des morsures de serpents et des mauvais génies. A partir de 2470 av. J.-C., sous le règne du pharaon Ounas, les textes sacrés et “magiques” seront aussi gravés sur les murs des pyramides.

Transformation du pharaon pour sa vie dans l’au-delà :
Les pyramides sont construites avec plusieurs pièces qui ont chacune une fonction précise. Dans la chambre du sarcophage, le pharaon devient un nouvel Osiris et s’assimile à Atoum, dieu du Soleil couchant. Dans l’antichambre, il se prépare à la navigation et devient dieu du Ciel. Dans le corridor, le pharaon transformé voit s’ouvrir devant lui les verrous de son tombeau, il peut alors s’installer dans sa barque solaire (construite pour lui et déposée dans son tombeau) pour traverser le royaume d’Osiris et effectuer son voyage vers l’au-delà.


VERS 2 700 AV. J.-C.

Fièvre de bâtir :
Au 4 coins du monde, les hommes éprouvent la fièvre de bâtir. Sur les bords de l’Indus comme sur la rive orientale du Nil, de la Suède à l’île de Malte, le long des côtes de l’Europe, s’édifient cités, pyramides, temples et dolmens. Ces monuments restent autant de points d’interrogation sur la science et la spiritualité des hommes qui vivaient à cette époque. Les questions restent nombreuses : Pourquoi avoir dépensé autant d’énergie à une époque où le pain quotidien était loin d’être assuré ? Pourquoi les Égyptiens ont-il éprouvé, avec le fouet pour rythmer leur effort ou par simple contribution volontaire, la nécessité de charrier sur des milliers de kilomètres des blocs de plusieurs tonnes ? Dans l’histoire du monde, il n’y a pas d’autre exemple comparables d’une telle fureur de construire.


Carte, Ancien Empire

VERS 2 691 AV. J.-C. (DATE INCERTAINE)

Construction de la première pyramide à degré :
Le célèbre pharaon Djoser demande à son vizir et architecte Imhotep de lui construire sa “demeure d’éternité” à Saqqarah. La partie visible du tombeau n’est à l’origine qu’un mastaba traditionnel rectangulaire haut de 8 mètres et recouvert de calcaire blanc. L’édifice est construit avec des pierres qui résistent mieux au temps que les briques crues. La chambre funéraire, ou sera déposée le sarcophage du pharaon après les rituels funéraires, se situe à 28 mètres de profondeur et est accessible par un long couloir. Ce couloir est ensuite fermé par un bloc de 3,5 tonnes, qui n’empêchera pourtant pas la tombe d’être pillée. De nombreuses autres chambres sont creusées autour du caveau principal, et après la mort du pharaon, près de 40 000 vases, assiettes, coupes, plats ainsi que de la nourriture et des boissons y seront déposés. Imhotep fait agrandir le mastaba et l’entoure d’une enceinte de 1 600 mètres de long, ornée de 14 fausses portes. Seule une, étroite, permet l’accès à l’édifice, mais elle n’a pas de vantail et est gardée nuit et jour. Il y fait construire des petits temples, des chapelles et des cours pour en faire un ensemble funéraire qui permettra au pharaon de régner dans l’au delà. Pour que le complexe soit visible au-dessus de l’enceinte, Imhotep le surélève en y ajoutant cinq construction superposées, chacune plus petite que la précédente : la première pyramide à degré est née ! Elle s’élève à 60 mètres de hauteur et est composée de milliers de pierres taillées par des ouvriers. La pyramide symbolise un escalier dressé vers le ciel et manifeste l’aspiration du pharaon à s’élever vers les dieux.


VERS 2 625 AV. J.-C. (DATE INCERTAINE)

Première pyramide à faces lisses :
Snefrou fait construire sa demeure d’éternité à 20 km de Saqqarah. Si Snefrou est bienveillant pour le peuple, ses successeurs sont décrits comme de cruels tyrans, quoique leur politique intérieure nous soit inconnue. Hérodote (historien grec né en 484 av. J.-C.) a écrit les contes épouvantables que se racontaient les Égyptiens sur la cruauté de Kheops et Khrephen.


VERS 2 600 AV. J.-C. (DATE INCERTAINE)

Pyramide de Gizeh - Égypte antique

Construction des pyramides de Gizeh :
Les plus célèbres pyramides se trouvent au centre d’un vaste complexe funéraire à Gizeh, près de Memphis. La plus grande a été construites par le pharaon Khéops, fils de Snefrou. Elle mesure 147 m de haut et comprend plus de 2 millions de blocs de pierre. Elle brillait dans le désert avant que les habitants de la région n’utilisent les pierres du revêtement pour leurs propres constructions. Puis son fils Khrephen a fait construire la sienne à côté de celle de son père. Elle mesure 144 mètres de haut et est moins large. Et enfin Mykérinus, fils ou frère de Khrephen, a fait construire la plus petite des 3 qui mesure “seulement” 62 mètres de haut. Les 3 pyramides sont géométriquement parfaites. Les ingénieurs égyptiens de l’époque étaient capables de faire s’élever de tels monuments avec des moyens très rudimentaires. Les méthodes de construction des pyramides égyptiennes restent incertaines.


VERS 2 550 AV. J.-C. (DATE INCERTAINE)

Grand sphinx, Égypte antique

Construction du grand Sphinx :
Khréphen aurait également fait construire le Grand Sphinx, mais aucun élément ne le rattache ni à la Grande Pyramide, ni aux monuments de ce pharaon. De plus, la représentation du corps de lion avec la tête humaine renverse les visions qu’ont les Égyptiens de leurs dieux : un corps humain avec une tête d’animal. Certains attribuent ce monument colossal à l’ancien peuple égyptien qui l’aurait construit en hommage au premier grand pharaon Osiris. Le Sphinx est coiffé du nemes, comme le pharaon mort, son corps de lion mesure 20 mètres de haut sur 71 mètres de long. Il est le plus grand des nombreux sphinx fauves qui veillent sur le monde des morts.


L’Égypte et ses voisins :
Grâce à des expéditions par-delà les frontières, les pharaons assurent la sécurité de l’Égypte et accroissent sa richesse. En Nubie, des inscriptions attestent le passage des armées des pharaons Sanakht, Kheops, Sahourê, Neousserê, Pépi Ier et Pépi II. Snefrou entreprend des expéditions en Nubie contre les Libyens, et au Sinaï où il fait extraire des turquoises. Pendant l’Ancien Empire, les raids des Palestiniens et des Bédouins venus d’Asie sont repoussés, et la protection des bateaux qui viennent du Liban avec du bois précieux, indispensable aux constructions, est assurée.


VERS 2 260 AV. J.-C.

Fin de l’Ancien Empire :
Durant les 5 siècles de l’Ancien Empire, l’autorité absolue et le pouvoir qu’opéraient les pharaons sur le peuple s’est lentement amenuisé. Il est devenu difficile d’entretenir une administration centralisée et les nomarques (administrateurs de provinces) ont commencé à défier la suprématie des pharaons en épousant leurs filles par exemple. Pepi II est le dernier pharaon de l’Ancien Empire, trop clément, il fut incapable de briser l’indépendance croissante des hauts dignitaires et des nomarques qui commencent à fonder de véritables seigneuries et des principautés indépendantes.


Dynasties et liste des pharaons pendant l’Ancien Empire :

IIIème dynastie (2778 à 2723 av. J.-C.)
Djoser (Première pyramide à degré), Sekhemkhet, Sanakht ou Nebka, Khaba, Nerferka, Hou ou Houni.

IVème dynastie (2723 à 2563 av. J.-C.)
Snefrou, Khéops (première grande pyramide), Didoufri ou Dedefre, Krephren, Mykerinus, Shepsekaf.

Vème dynastie (2563 à 2420 av. J.-C.)
Ouserkaf, Sahourê, Neferirkarê, Shepsekarê, Neferefrê, Neousserê, Menkaouhor, Isesi, Ounas.

VIème dynastie (2420 à 2260 av. J.-C.)
Téti, Ouserkaré, Pépi Ier, Merenrê, Pépi II (le plus long règne de l’histoire égyptienne).


Tous les articles sur l’Égypte antique :

Comments are closed